Chargement de la page

Printemps

Je sais tes blessures, celles qui te brûle en dedans.

Je sais tes pleurs et ta perte.

 

Sois confiant.

Roi déchu,

conquérant conquis.

 

Il n’existe pas d’anéantissement …

 

Tout ce que tu as bâti s’écroule mais sois confiant en ma divine présence.

Car là où je passerai, l’herbe reverdira.


Dans les ruines de ta gloire perdue, je te fais la promesse de tous les fruits à venir.