Chargement de la page

Profession de foi charnelle

Je crois en la sagesse du corps.

En tout temps et en tous lieux, 

toujours il s'exprime avec justesse.

 

Je crois aux sens, 

ses portes-paroles

bienfaiteurs discrets de l'Etre.

 

Je crois aux plaisirs

moteurs de la vie

dont il jouit.

Pour eux, le corps touche au divin

quand il atteint

son paroxysme extatique.

 

Je crois que le corps et l'âme

sont indissociables.

Ils sont partenaires 

sur les chemins allègres.

Le bonheur de l'âme

dépend de son bien-être.

 

Je crois au corps, 

à ses dons et ses récoltes,

à sa générosité sans borne.

 

Je ne crois pas aux lois

qui le brideraient,

car il procède d'une morale ultime :

se destiner à jouir, faire jouir et s'épanouir

dans les limites humaines.

Le couper dans on élan

est un péché

uniquement profitable aux tyrans.