Chargement de la page

Voyeur

Je le confesse, 

je t'observais

silencieusement, 

fébrilement, 

avidement.

 

N'y vois pas de malice, 

je suis comme le marin qui scrute l'horizon à travers le hublot

et qui rêve à nouveau aux plaisirs de la terre ferme.